Radio Fréquence Monde – Et toi qu’est ce que tu écoutes, et toi comment tu écoutes ?

Radio Fréquences Monde c’est d’abord une exposition sonore et musicale que vous pouvez visiter à la Maison Folie Wazemmes à Lille jusqu’au 28 Juillet 2019, mais c’est aussi une série de playlists qui racontent en chanson des expériences de migration et d’immigration. Tout a commencé en Décembre 2015 quand un logisticien de Médecins sans frontières a emmené l’équipe d’Attacafa, avec d’autres lillois, sur le campement du Basroch à Grande-Synthe. Un grand trou s’est ouvert dans mon ventre à mesure que nos pieds s’enfonçaient dans la boue, une grande colère aussi devant les droits bafoués, une question comment résister, vivre, habiter l’inhabitable ? Le début d’un travail mêlé de recherche et d’action culturelle.

Il fallait trouver une forme pour raconter ça, et plein d’autres choses. Mettre en commun, partager, autrement que par des histoires attendues et trop entendues. C’est par la musique que je vous propose de saisir un peu de l’expérience de l’exil et de la migration. Ce n’est pas la même chose, l’exil est sans retour, la migration pas forcément, et puis il y a tous ces entre deux : la demande d’asile, les passages, les attentes…

En plus du travail exposé, je vous propose de découvrir une sélection de programmes réalisés par des artistes, des militants et des militantes, avec d’autres chercheuses et chercheurs. La création radiophonique est foisonnante sur ces questions

La plateforme rassemble du travail d’artistes, léché et produit et d’autres podcasts assument une esthétique DIY. Les voix sont parfois fragiles, parfois plus assurées, j’espère qu’elles vous donneront envie de prêter l’oreille.

Alors bonne écoute !

I. La musique, le temps, le camp.

Asiles musicaux

Les playlists de cette section ont été imaginées à partir d’un travail au Women Center du camp de la Linière à Grande-Synthe à l’automne 2016.

RadiO TrOpicalAis

RadiO TrOpiCalAis est une radio sans frontière. Un projet a été réalisé en mars et avril 2016 avec dix-neuf mineurs étrangers, mené par le Channel, Scène Nationale de Calais, en partenariat avec le centre Yvonne de Gaulle (Association La vie active), le collectif Asile et Le chenal (Association Mahra Le toit). L’atelier a été mené par les musiciens Sylvain de Saturne et Boris Capon, avec la complicite de radio P.FM à Arras et l’animateur Nicolas Buignet, et celle d’Antoine Chao pour l’émission Comme un bruit qui court sur France Inter.

Atelier co-produit pat la DRAC Hauts-de-France, dans le cadre de l’appel à projet Action culturelle et langue française.

Le saz

Exilé musicien : Beshwar Hassan est musicien, il est passé sur le camp de Grande-Synthe et a aujourd’hui obtenu l’asile au RU avec sa famille. Il est en train d’enregistrer son premier album. Il est passé par le studio de Radio Campus et une fois en Angleterre, nous avons co-écrit la biographie de son instrument de musique, son saz.

II. S'installer en musique

Les playlists S’installer en musique ont été imaginées lors de sessions de travail hébergées à la médiathèque Colette, à la Bourgogne,
à Tourcoing grâce aux bénévoles CIMADE qui s’engagent au quotidien : Valérian, Patricia et Danièle.

en partenariat avec la Cimade – Tourcoing et Radio Campus

Participation de :Souhila et Manal (Algérie), Kingana (Angola)
, Fatmir (Kosovo), Mohamed Amine (Algérie) Matthew (Nigéria)
, Sadecq (Afghanistan)

III. La playlist des voisines

Les playlists des voisines ont été concoctées sur les banquettes de l’association F.A.M.E, rue Colette à Lille-Sud, avec le café et le thé de Touria, au milieu des rires et des souvenirs partagés, le son à fond, avec la complicité du GrDr. L’association FAME a depuis pris ses quartiers à la Fabrique des Suds.

Participation de : Hassana, Fatima,Gaëlle, Lila, Karima, Touria

IV. Remix

« Chamanisme Hi-Fi »

« L’essence cosmique de la vie c’est la fréquence. Quand les moines font des chants gutturaux, ils produisent certaines fréquences qui nous font compter notre corporéité, c’est ce qu’on appelle la transe. Aujourd’hui, on assiste à un moment passionnant dans la scène des musiques aventureuses où de nombreux musiciens cherchent à se reconnecter aux fonctions ancestrales de guérison et de transcendance de la musique, mais avec les nouvelles possibilités que la technologie a ouvertes. On réalise que grâce au contrôle plus perfectionné des fréquences, on peut avoir un impact sur les corps, les esprits et le monde. » Aisha Devi, Le Drone (www.le-drone.com, 27 avril 2017)

Aisha Devi vit en Suisse, elle y a fondé son propre label « Danse Noire ». Elle décritsa musique comme du « chamanisme Hi-Fi ». Sa musique est aussi le fruit d’une recherche : celle de son père, népalais, tibéto-birman, qu’elle n’a pas connu. En explorant les pratiques sacrées, les textes védiques, en se nourrissant de philosophie et particulièrement de Guy Debord, elle a fondé son propre rapport au monde et à la musique. Une musique quiagit sur les corps et les esprits, qui maîtrise ses fréquences pour nous connecter, mais aussi une musique de la ruse qui détourne les formes pop et profane la culture du spectacle.

 

Les rencontres

Pour creuser le sujet et ouvrir les perspectives, nous avons décidé d’inviter des chercheuses d’exils, ou en exils, ou les deux. Anthropologues, philosophes, musiciennes ou artistes sonores, elles nous ont composé des playlists qui racontent en musique leurs recherches, leurs doutes, leurs créations et leurs engagements. Chaque rencontre mêle les voix des chercheuses et celle d’artistes dont le travail jalonne l’exposition Radio Fréquences Monde.
Ces rencontres ont été diffusées en direct sur Comala Radio depuis le salon de la Maison Folie de Wazemmes de Lille.

 

Vendredi 7 Juin : Nouvelles fréquences, Comala Radio, Web Radio lilloise Global Groove
Avec Comala Radio nous avons parlé du renouveau de la création radiophonique via l’ouverture des plateformes de postcast et des web radio et nous nous avons mis à l’écoute des sons dénichés lors de leurs plongées dans les programmes de leurs web radio préférées. Attention pas question ici de jouer les explorateurs conquistadors, mais plutôt de se mettre à l’écoute du divers du monde.

 

Samedi 15 Juin : l’ Exil aujourd’hui avec Alexandra Galitzine Loumpet, Anthropologue et co-fondatrice des Non Lieux de l’Exil, et Milena Kartowski-Aïach, Anthropologue, chanteuse et metteuse en scène.
L’exil ne s’oppose pas à la migration, ni l’exilé au migrant ou au réfugié, mais les relie pour privilégier le vécu sur des catégorisations juridiques et politiques conjoncturelles, la subjectivité et la capacité d’action du sujet sur un statut administratif transitoire. Lors de la rencontre, Alexandra Galitzine Loumpet est revenue sur l’exil comme condition, et Milena Kartowski-Aïach nous a présenté un travail de terrain et de création musicale, mené sur l’île grecque de Leros avec des jeunes filles Yezidies: « Leros, un exil insulaire chez les damnés ».

 

Samedi 6 juillet : Prendre position avec Christiane Vollaire, philosophe membre des Non Lieux de l’Exil, et Beshwar Hassan, musicien exilé.

Prendre position, inscrire les politiques de mise à l’écart contemporaine dans la longue histoire des politiques de mises à l’écart des « Autres », colonisés, résistants à l’ordre. Reprendre l’histoire des Luttes. C’est ce que nous invite à faire la philosophe Christiane Vollaire. Prendre le contre pied, lutter en musique, vivre après le camp de Grande-Synthe, c’est avec une grande émotion que nous avons pu dialoguer en live Facebook avec le musicien Beshwar Hassan qui vit aujourd’hui à Londres.

A venir...

Régulièrement nous mettrons en ligne de nouvelles émissions, et créations sonores, stay tuned…

Les prochaines séries :

Chercheuses d’exil
Vies voyageuses
Radio Art

Les complices :

Stalingrad Connection
Radio Campus Lille

Les recommandées :

Radio Riace

Arte Radio