Radio Fréquence Monde

► ET TOI, QU’EST-CE QUE TU ÉCOUTES ? ◄

Faire le choix de ce que l‘on écoute, là où tous les autres choix semblent échapper, c‘est déjà cela : une exposition sonore racontant en musique l‘intimité de la migration. Branchez-vous sur les playlists du monde !

« Le long des routes de l’exil, marquées par les camps et les « jungles », mais aussi dans les interstices urbains, les quartiers populaires, circulent des formes musicales, embarquées dans les téléphones, dans les corps même des migrant.e.s, dans les instruments. Ces circulations invisibles, déconnectées en partie de celles organisées par les industries musicales, mais qui utilisent les infrastructures des réseaux sociaux numériques, ne sont pas globales. Au contraire elles dessinent des routes et des cultures voyageuses singulières et elles font des territoires circulatoires de l’exil des zones sensibles distinctes des localités qui les abritent. Distinctes, mais partageables, distinctes mais poreuses malgré les murs, les périph, et les politiques de séparation et de mises à l’écart qui tendent à isoler les exilé.e.s et les migrante.s, à ne les considérer que sous l’angle humanitaire ou juridique. La musique est l’une des pratiques par lesquelles ces territoires circulatoires peuvent produire des formes de cosmopolitisme en pratique. Nos médias ont changé, ils se sont transnationalisés, des plateformes comme You Tube donnent accès, ici et la-bas aussi bien à Kenji Girac, Barbara, ou Oum Kalthoum et Moein. Nous avons voulu faire entendre le divers de ces circulations musicales à partir des pratiques contemporaines d’écoute et de création.

Nous avons construit, avec des personnes migrantes et exilées, avec des personnes vivant dans des quartiers populaires marqués par l’immigration, lors de session de travail sur le camp de la linière à Grande Synthe, ou dans la métropole lilloise en partenariat avec la CIMADE et le GrDr, des playlits, des sélections de morceaux à partager qui disent l’exil, l’engagement et permettent de comprendre comment la musique participe des subjectivités migrantes contemporaines. Pour compléter ce travail nous avons également pioché dans les archives de Radio Tropi Calais, une initiative du Channel, scène nationale de Calais, qui a réalisé un magnifique travail sonore avec de jeunes exilés. En parallèle nous avons travaillé à une sélection de mix créés pour les Siestes Electroniques à Paris au musée du Quai Branly à partir de la discothèque du musée. Cette exposition fait une large part aux femmes. Ce n’est pas un hasard. Ceux qui partagent leurs goûts sur les ondes des radios ou dans la presse spécialisée, lors des soirées branchées, en composant la programmation des salles de concerts sont, à quelques exceptions près, des hommes. Alors ici pour une fois, nous avons choisi de laisser des femmes guider nos oreilles. »

Emilie DALAGE
Enseignante-Chercheuse en Sciences de la communication
Université de Lille-SHS, membre du programme les Non Lieux de l’Exil. Présidente d’Attacafa
Extrait de Décamper – ouvrage collectif – éditions La Découverte

Quelques informations pratiques

Région Hauts-de-France

03 20 31 55 31

Un message ? C’est part ici

Radio Fréquence Monde en images

Contactez-nous